Accueil » Monde » Des centaines de migrants déplacés du Nord par les autorités: Le Maroc pointé du doigt

Des centaines de migrants déplacés du Nord par les autorités: Le Maroc pointé du doigt

Les autorités marocaines ont déplacé des centaines de migrants ces derniers jours, en les chassant des campements ou logements dans le nord du royaume, a-t-on appris samedi auprès d’une association locale de défense des Droits de l’Homme. «C’est une opération dans le cadre de la lutte contre l’immigration illégale», a pour sa part déclaré à l’AFP un responsable parlant au nom des autorités locales de Tanger. Selon lui, entre 1.600 et 1.800 personnes ont été «déplacées vers des villes où les conditions de vie sont meilleures». «Les autorités continuent samedi à refouler des migrants de Nador et Tanger dans des bus vers la ville de Tiznit, près d’Agadir, dans le sud du pays», a affirmé à l’AFP, Omar Naji, un représentant de l’Association marocaine des droits humains (AMDH) de Nador. «Les opérations ont débuté mardi et les autorités ont arrêté des centaines de migrants dans des camps près de Nador ou dans des maisons en ville», a-t-il dit. Il n’était pas en mesure de dire combien de migrants avaient été refoulés de Tanger. Pour l’AMDH, ces « arrestations sont illégales car sans mandats judiciaires » et le Maroc, l’Espagne et l’Union européenne (UE) en sont « responsables ». Un rapport récemment publié par le département d’Etat américain notait que, même si ce type d’opérations a été réduit ces dernières années, le Maroc « continue de mener régulièrement des déplacements forcés de migrants en situation irrégulière à l’intérieur de son territoire, notamment depuis Nador ». L’Espagne est devenue cette année la première porte d’entrée des migrants dans l’UE, dépassant l’Italie qui leur ferme ses ports. Plus de 23.000 migrants sont arrivés depuis janvier par la mer Méditerranée en Espagne, plus que sur l’ensemble de l’année dernière, selon le dernier bilan de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). La Commission européenne et l’Espagne veulent développer « un partenariat renforcé» avec le Maroc sur les questions migratoires, avec notamment l’octroi d’aides. La plupart des migrants qui transitent par le Maroc sont d’origine subsaharienne. Il n’y a pas une valeur morale ou bien politico morale à consonance mondiale et humaine qui a été piétinée et modelée à guise, comme le concept de Droits de l’Homme. Regardez, comment le Maroc vient de traiter des milliers de migrants subsahariens et avec quelle brutalité, il les a délocalisés des régions côtières très proches de l’Europe vers les zones arides proches des pays d’où ils sont venus. Cette attitude en elle-même explique bien, pourquoi les pays européens, d’habitude « donneurs de leçons » en matière de Droits de l’Homme, y ont-ils observé un silence « complice ». La question de l’émigration clandestine est utilisée machiavéliquement à volonté, afin de justifier des immixtions dans les affaires intérieures des pays « faibles » …Il aurait suffi que l’Algérie prenne une position, en refusant que son territoire national ne devienne une zone de rétention pour migrants clandestins subsahariens que les médias occidentaux se déchaînent contre elle. Même, s’ils préfèrent ne pas trop parler sur cette question, les Algériens sont particulièrement conscients des buts qui se trament par le moyen de ces pauvres migrants. Ils savent que plus tard, ils seront manipulés, afin de foutre la pagaille dans le pays. Ces pauvres gens chassés par la misère causée par des régimes politiques fantoches. Ils cherchent de quoi se nourrir et un peu de sécurité. Mais, les forces «occultes » qui les poussent à envahir les pays des autres, ont sûrement d’autres buts, dont les plus plausibles serait de créer l’instabilité dans les pays d’accueil, même en Europe. Ce n’est apparemment pas normal et logique que cette vague de migration clandestine se déclenche et avec toute cette intensité, en cette période, pour en devenir le sujet numéro un des préoccupations politiques, sur les pourtours de la Méditerranée.

À propos B.Abdelkader

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*