Accueil » Chronique » Pôle & Mic: La mort encore banalisée !

Pôle & Mic: La mort encore banalisée !

Les gardiens de parking ont encore tué. Une violence qui fait peur surtout quand la mort est banalisée. Les parkingueurs, comme on les surnomme, sont violents et ce ne sont pas à leur première affaire de meurtre ou d’avoir tabassé un automobiliste. Déjà, ces gens-là, ont enfreint la loi et donc ils occupent les lieux avec violence. L’usage de la violence est déjà là. Ils s’installent sur un trottoir et l’occupent en obligeant le citoyen de payer. Donc, si vous ne payez pas, vous serez tabassés. C’est leur loi. Osons le dire, ils travaillent en toute impunité et ils ne sont pas inquiétés. Depuis plus de dix ans, on nous parle de procédures visant à les déloger ou à régulariser ce «métier». Ces gardiens gagnent beaucoup d’argent «facile» et ne sont pas prêts de le laisser tomber. Ils gagnent parfois plus qu’un ingénieur ou un cadre. Les élus ne font rien pour aider la police ou la gendarmerie. Ils laissent faire et créent souvent des précédents. Des précédents comme «louer» des trottoirs, des plages à des jeunes qui vous somment de payer 200 Da comme c’est le cas aux Andalouses à Oran. Ce qui est certains, c’est l’insuffisance de parcs qui a rendu les parkingueurs agressifs en se croyant «tout permis». C’est le silence des pouvoirs publics qui est à l’origine de cette anarchie et aussi une des causes de la mort d’Algériens par les gardiens de parking. Cette violence est palpable dans nos villes et villages dès que vous avez l’intention de stationner votre véhicule. Pourquoi donc cette impunité qui n’arrange nullement le citoyen ou l’Etat. Pour faire face à cette violence, il faut construire des parcs à auto, aménager les jardins et les plages en prévoyant des parcs, les trottoirs devront être réapproprié par les APC et créer de l’emploi pour ces gardiens. Face à la mort, il faut agir et réagir avec fermeté.

À propos B. Nadir

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*