Infos
Accueil » Régions » Mostaganem: La Directrice du logement tourne le dos aux bénéficiaires

Mostaganem: La Directrice du logement tourne le dos aux bénéficiaires

Le droit au logement est un rêve que les pouvoirs publics algériens ont rendu réalité au grand bonheur des bénéficiaires. A Mostaganem l’objectif d’acquérir un ‘’toit’’ quelque soit le mode d’acquisition ne doit en aucun cas devenir un cauchemar duquel on ne se réveille plus.
Les bénéficiaires du Logement promotionnel aidé de Mostaganem lance un cri de détresse auprès de ce qui ont la charge de suivre les programmes de construction. Des programmes qui s’éternisent, qui dépassent les délais de réception et desquels ni les promoteurs ni les responsables locaux s’y préoccupent. Les bénéficiaires, ceux qui se sont acquittés de leurs droits se retrouvent avec des actes mais éprouvés par l’attente d’être logés. Ces derniers ne savent pas où donner de la tête, ils sont hébétés car personne ne leur explique les raisons des retards, ni les délais et en plus ils deviennent indésirables au moment où ils essaient de comprendre.
A Mostaganem, Madame la Directrice tourne le dos aux bénéficiaires juste parce que même si elle est au courant du problème, elle n’agit pas, elle laisse les promoteurs imposer leur dictat. La grande majorité de ces bénéficiaires vivent dans des logements loués à l’année et à des tarifs exagérés. Ils souffrent parce qu’ils sont pris en otage par les promoteurs qui ne leur donnent même pas le droit de savoir quand ils peuvent occuper les logements qu’ils ont payés et pour lesquels ils ont un acte notarié. Pour certains, ce qui est aberrant c’est la pression que les promoteurs mettent sur les bénéficiaires les appelant intensément pour procéder aux versements.
En revanche, une fois les versements effectués, les bénéficiaires ne trouvent plus à qui s’adresser ne serait-ce que pour s’informer. En général les promoteurs placent des secrétaires, souvent rodées pour affronter la colère de ceux qui attendent, dans le désarroi, à être logés. Le comble est que dans ce genre de projet, les maîtres d’ouvrage connaissent la loi mais regardent ailleurs. Cependant le seul recours des bénéficiaires c’est de faire des sit-in devant le siège de la wilaya pour rappeler aux responsables leurs souffrances. Madame la Directrice doit faire bouger les lignes et se pencher sur le problème. Des jeunes foyers, souvent avec des petits salaires se retrouvent en train de payer des loyers qu’ils n’ont pas prévus.
Des loyers allant jusqu’à 25000 da mois et c’est une pénalité pour la famille. Louer moins cher à Mostaganem il n’y a plus pour cause de la forte demande. Devant une telle situation, celle de s’être endetté pour acquérir le logement, celle de l’empreint qu’il faut rembourser et surtout celle de ne plus avoir le moyen de louer un toit pour ses enfants complique la vie du bénéficiaire du LPA. Toutes ses incommodités, le bénéficiaire doit les subir mais sans aucune compensation. Personne ne dit rien, même la directrice du logement semble ignorer cette situation pénalisante.
Que faut-il comprendre, que les promoteurs sont au dessus de la loi ? Attendre des années pour être logé c’est une épreuve trop douloureuse. Devant de telles situations, les autorités locales doivent appliquer la réglementation pour juste préserver les droits des citoyens.

À propos Charef Kassous

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*