Accueil » Sport » Belmadi : «Je suis bien armé pour cette mission !»

Belmadi : «Je suis bien armé pour cette mission !»

Djamel Belmadi est de retour en sélection. Pas en tant que joueur ou capitaine lors de ses années de gloire sous le maillot vert, mais plutôt comme sélectionneur, en remplacement de Rabah Madjer. L’ancien milieu de terrain de l’Olympique de Marseille et de Manchester City, entre autres, s’est en effet engagé pour les quatre prochaines années après avoir trouvé un terrain d’entente avec le président de la FAF, Kheireddine Zetchi. Belmadi aura pour objectifs principaux la qualification à la Coupe d’Afrique des Nations 2019 au cours de laquelle lui sera exigé une place dans le dernier carré ainsi qu’une qualification au mondial 2022 au Qatar. Ses premiers mots de sélectionneur, l’ex-entraineur d’Al-Douheil les a réservés au site officiel de la FAF, à travers une longue interview mise en ligne hier matin.
Djamel Belmadi affirmera, ainsi, ‘’être animé de la même fierté et joie que quand (il) a porté pour la première fois le maillot de la sélection’’.
‘’La seule différence à présent se situe au niveau de la responsabilité qui est devenue plus grande et plus importante que quand j’étais joueur. Cette nouvelle responsabilité m’honore et me motive’’ précisera, d’ailleurs, le nouveau patron technique des Verts qui estime être en mesure d’assumer ces fonctions après avoir ‘’fourbé (ses) armes et fait (ses) preuves avant d’endosser une telle responsabilité.’’
‘’Si je ne le suis pas ou que je sentais qu’il y avait le moindre doute, je n’aurai jamais accepté de m’assoir à la table des négociations.
Je pense que je suis bien armé pour accomplir cette mission. J’ai l’expérience qu’il faut, je suis quand même dans le coaching depuis 10 ans. Cela va forcément m’aider dans mes nouvelles fonctions. Quant aux contacts avec la FAF, cela remonte à deux jours quand Hakim Meddane m’a contacté pour me soumettre le projet de prendre la sélection.
J’ai eu un premier contact avec lui avant de rencontrer le président où on a approfondi les discussions. On a parlé du fonctionnement de la sélection, de la vision du travail, de ce qu’il faut apporter pour sortir l’EN de sa mauvaise passe. On s’est rendu compte que nos idées convergeaient et qu’une collaboration était possible ’’ soulignera, à ce sujet, Djamel Belmadi. Et de renchérir : ‘’Ce que je sais, c’est que la mission d’entrainer la sélection algérienne n’est pas facile. Il nous faut beaucoup de travail pour redresser la barre. Je suis animé d’une envie de relever ce défi. Et puis rien n’est insurmontable, il suffit d’y croire et d’y travailler avec l’aide et la contribution de tout le monde. De plus, nous étions absents au dernier Mondial en Russie et je supposer que cela a fait beaucoup de mal aux algériens. Mais avant d’arriver à cette date de 2022, nous aurons entre temps deux CAN à disputer et plus proche de nous des éliminatoires à négocier dès le mois de septembre. Donc on va aller étape par étape. Les choses se construiront au fur et à mesure.’’ Pour ce faire, le sélectionneur national ‘’compte établir à la mi-août une liste élargie qu’on va dégraisser par la suite au fur et à mesure en fonction des donnés qu’on aura entre les mains.’’ Quant à la composante de son staff, Belmadi a été assez clair. ‘’Je ne l’ai pas encore fait, mis à part Azziz Bouras qui sera l’entraineur des gardiens de but. Je ferai appel à un entraineur adjoint et à un préparateur physique. J’aurai aimé disposer de mon staff que j’avais au Qatar, mais les membres de ce dernier ont préféré rester en place. Je ferai donc autrement, mais avec des hommes que j’aurai à choisir et qui s’inscriront dans la démarche de travail que nous adopterons pour le bien et le meilleur de l’équipe nationale’’ indiquera le successeur de Rabah Madjer.

À propos Seïf-Eddine R

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*