Infos
Accueil » Monde » En renforçant le blocus et en empêchant les livraisons de gaz et de carburant: Israël veut la mort de Ghaza

En renforçant le blocus et en empêchant les livraisons de gaz et de carburant: Israël veut la mort de Ghaza

Quelle meilleure illustration de vouloir voir mourir Ghaza que la sordide déclaration du ministre israélien ? On redoute aussi que l’Etat hébreux en vienne jusqu’à délester la population de la bande de Ghaza de la nourriture et de l’eau. Qui sait ! Israël maintient, en tous cas, son mot d’ordre. Elle veut éteindre la flamme de la résistance palestinienne par la politique de l’affaiblissement et de la faim. Elle renforce encore son blocus sur la bande de Ghaza. Au même moment, les groupes de défense des droits de l’homme montent au créneau. Ils crient sur tous les toits aux dérapages. Ils dénoncent ainsi la mesure comme « moralement dépravée ». Mais c’est déjà fait. Israël n’entend rien et feint d’ignorer les résolutions onusiennes sur le respect des droits humains les plus élémentaires. Elle a encore renforcé son blocus sur la bande de Ghaza. Elle a empêché les livraisons de gaz et de carburant par son seul passage commercial avec l’enclave palestinienne assiégée. Ce durcissement du blocus intervient une semaine après que les autorités israéliennes d’occupation aient annoncé la fermeture du passage. Pour la gouverne, le passage de Kerem Shalom, connu sous son véritable nom de Karem Abu Salem par les Palestiniens, a été fermé le 9 juillet. Initialement seuls les articles jugés « humanitaires » seraient autorisés à entrer à Ghaza, tels que la nourriture, les produits pour l’hygiène et les fournitures médicales, le carburant, les aliments pour animaux et bétail. Cependant, le ministère de la Défense israélien a annoncé lundi que les livraisons de carburant et de gaz seront également suspendues. Israël commet un autre précédent grave. Le monde entier assiste impuissamment au désastre que vit aujourd’hui Ghaza. Le ridicule qui tue veut que des pays arabes aient décidé de maintenir ce blocus avec Israel. C’est quasiment certain que les raids et les bombes d’Israël n’ont pas eu raison de la population palestinienne. Pour la gouverne, le passage restera ouvert seulement pour la nourriture et les médicaments au cas par cas. En outre, la zone limitée de pêche, imposée par Israël dans les eaux au large de la bande de Ghaza sera également réduite de six milles marins à trois – après qu’elle ait déjà été réduite la semaine dernière de 12 milles marins à six. L’ONU et Gisha, le Centre juridique pour la liberté de mouvement, ont qualifié la dernière mesure israélienne d’acte de « punition collective ». « Il n’y a pas d’autre moyen de décrire cette mesure qu’une punition collective : faire semblant de savoir ce dont Ghaza a besoin et essayer de « gérer la situation » en allant encore plus loin dans le blocus, est moralement dépravé et constitue un acte volontaire d’arrogance, dans une situation volatile », a déclaré un porte-parole de Gisha. Le Hamas, le groupe palestinien qui dirige Ghaza, a qualifié la fermeture de « crime contre l’humanité ». Israël prétend qu’il n’a aucun intérêt à s’engager dans une autre guerre avec le Hamas. Seulement voilà, elle sème le doute quand elle affirme qu’il ne tolérera plus le vol de cerfs-volants incendiaires et de ballons sur Israël [Palestine de 1948] Les Palestiniens de Ghaza considèrent les ballons et les cerfs-volants comme une résistance légitime contre le blocus de plus de dix ans imposé par Israël, qui a provoqué des difficultés économiques généralisées. Même après que le Hamas ait accepté un cessez-le-feu samedi dernier, des cerfs-volants incendiaires et des ballons ont continué à flotter de Ghaza vers Israël en déclenchant des incendies dans des terres agricoles. L’Égypte a également maintenu le blocus avec Israël sur la bande, dans le but d’affaiblir le Hamas. Le resserrement du blocus intervient après l’échange de tirs les plus meurtrier ce samedi entre Israël et les groupes palestiniens à Ghaza depuis l’assaut militaire israélien de 51 jours contre Ghaza en 2014. Israël a effectué des frappes aériennes partiellement en réponse aux mois d’incendies déclenchés par les bombes incendiaires de cerfs-volants, mais aussi à la suite des manifestations le long de la clôture de Ghaza. Israël a frappé samedi des douzaines de sites dans la bande de Ghaza, tuant deux adolescents palestiniens. Le même jour, le Hamas a déclaré avoir tiré des roquettes et des obus de mortiers en réponse aux raids aériens israéliens qui ont blessé 30 Palestiniens. Quatre Israéliens ont été légèrement blessés dans la ville israélienne voisine de Sderot.

À propos B.H.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*