Infos
Accueil » Monde » La Tunisie vit au rythme du retour en force des touristes algériens et russes: Une saison estivale sous de bons auspices

La Tunisie vit au rythme du retour en force des touristes algériens et russes: Une saison estivale sous de bons auspices

La Tunisie vivait au rythme de la coupe du monde après la participation de son équipe nationale de football à ce grand rendez-vous sportif et tous les regards des tunisiens étaient rivés sur le sort de leur équipe. Cette saison estivale s’annonce sous de bons hospices, vu le retour en force des touristes étrangers après le mauvais épisode de la Révolution du Jasmin et l’isolement de la Tunisie. Selon les acteurs du tourisme que nous avons rencontrés dans les ruelles de Hamamet Yasmine et dans la capitale Tunis, beaucoup reste a faire dans cette région de Hamamet sud pour assainir l’image des infrastructures mais surtout de l’image touristique. Des terrains laissés à l’abandon, vraisemblablement, pour absence d’investissements. Idem pour la problématique d’hygiène où des ordures sont jetés à l’aveuglette pour ternir l’image de cet endroit bondé de touristes étrangers mais surtout algériens qui pullulent un peu partout à la recherche de la quiétude qui disent-ils, la perdent en Algérie. Nous continuons notre séjour touristique vers Sousse en cette journée ensoleillée où les Tunisiens semblent plus préoccupés par la chose politique. Le péage est payant et est estimé à 2,50 DT. Dans les ruelles de Sousse l’on est surpris par la forte présence des touristes russes dont les femmes exhibent leurs corps à la recherche d’un soleil de plomb pour mieux se dorer. Les commerçants tunisiens ont même appris à parler le langage russe et semblent bien s’adapter aux habitudes russes puisqu’ils engagent parfaitement dans des discussions de tout et de rien dans un langage russe parfait. Le Soula shopping centre ne se désemplit pas d’une clientèle aux multiples couleurs des drapeaux de plusieurs nationalités dont les Algériens et les Russes. Contrairement à Sousse et Hamamet la ville de Babel se meurt sans oublier celle de Tabarka pas plus loin des frontières entre nos deux pays. A Nabel, le manque d’investissement est prévisible en l’absence de perspective de la part des autorités locales. Plusieurs résidences sont mises en vente pour crise financière nous dit-on ou absence de flux étranger dans cet endroit. Selon notre constat seules deux résidences dont Yakout et Amira étaient carrément désertées par les touristes au détriment de Hamamet. Nabel a par contre investit dans le domaine de la santé avec l’émergence de plusieurs cliniques et structures hospitalières. A Tunis, la capitale, toutes les discussions sont focalisées sur les questions politico – économico financières de la Tunisie gérée par des institutions internationales telle que le FMI. Celui-ci vient d allouer 249,1millions de dollars à la Tunisie en guise d’appui au programme de réforme mené par le Gouvernement. Des manifestations sont organisées devant le théâtre boulevard Bourguiba pour demander une autre constitution et pour juger Rached El Ghannouchi qui selon eux serait de connivence avec le président de la République. En effet, le Maire de Tunis Soyad Abderrahim serait la goutte qui déborde du vase puisque cette élu représente l’aile progressiste du parti islamiste tunisien sur laquelle il mise beaucoup pour détrôner Gaid Essabssi l’actuel président de la République. Des voix se sont élevées et s’élèveront le 03 Août prochain dans la capitale Tunis pour contester ce qu’ils ont qualifié de « récréation » devant la déliquescence de la chose économico financière du pays qui croule sous le poids de la dette. Même si les Algériens viennent à la rescousse sur le plan tourisme, les tunisiens ont de sévères problèmes d’endettements qu’ils doivent rembourser. Le déficit commercial de sa balance s’est établi à 08milliards de dinars soit 03,1milliards de dollars au premier semestre 2018 contre 7,5 milliards de dinars durant la même période de 2017.

À propos Nadira FOUDAD

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*