Accueil » Chronique » Point de Vue: Fièvre aphteuse : La récidive

Point de Vue: Fièvre aphteuse : La récidive

A quelques semaines de l’Aïd El Adha, fête du mouton par excellence, nous sommes déjà confrontés à une récidive dangereuse de la fièvre aphteuse. Une maladie dangereuse mortifère, ayant pour cible le cheptel. Chaque fois qu’elle fasse une petite tournée dans les parages, elle laisse derrière elle, des pertes considérables dans le cheptel. Les autorités concernées par cette affaire, se sont-elles mises en alerte en se préparant sérieusement contre cette épidémie? Autrement dit : Y aurait-il un dispositif de riposte savamment préparé, afin de sauver ce que l’on pourrait et éviter la catastrophe ? L’histoire de la viande bleue infectée dont on a largement parlé d’elle, il y a deux ou trois ans, à l’occasion de la fête du mouton qui avait – rappelle-t-on, pratiquement gâté la joie de la fête à pas mal de ménages, est toujours gravée dans les esprits des Algériens. Le cheptel fait partie des richesses économiques du pays et sa sauvegarde n’est pas moins importante qu’un autre secteur de l’économie nationale. En plus, il y a des milliers de familles vivant de l’élevage et du commerce du cheptel et du bétail… Certes, nous sommes un pays riche en pétrole, et au moindre incident, l’on aurait recours à l’importation pour couvrir les besoins. D’ailleurs, ce sont les solutions qui marchent partout et la clé ouvrant toutes les portes. Allant du blé aux amandes, en passant par les produits de beauté. Tout est importé et importable. Même les chiffons usés et jetés, ailleurs. Depuis que nous sommes devenu un Etat s’enorgueillant de sa grosse production en hydrocarbures, toutes les solutions de facilité nous sont inspirées. Parmi ces bénédictions, ce pétrole nous a épargné l’effort de trop penser et trop se fatiguer le mental. Et, c’est normal dans un Etat où le budget d’un Département ministériel d’un secteur rentier, sans la moindre production, est supérieur à celui du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique – oui, bien lire recherche scientifique- Il ne faut, donc pas faire des simagrées d’ahurissement, en entendant de telles informations… Ce n’est pas normal, c’est même inconcevable dans un Etat faisant du travail, de l’enseignement et la recherche scientifique, un culte, mais, c’est normal dans un pays, vivant dans le faux et par le faux, où la rente est la colonne vertébrale de l’Etat.
alkaderdz62@yahoo.fr

À propos B.Abdelkader

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*