Accueil » Actualité » Fermeture répétitives des routes à Béjaïa: L’Etat décide de sévir

Fermeture répétitives des routes à Béjaïa: L’Etat décide de sévir

La même journée à Maghra, sur la côte est, les citoyens ont fermé la RN 09, après la noyade d’une fillette, ils dénoncent le «laxisme des agents de la protection civile affectés sur la plage qui ne sont pas intervenus à temps». Durant cette fermeture de routes, les automobilistes ont souffert le martyr durant cette journée de canicule. Toufik Mezhoud, le wali de Béjaia par intérim, en visite dans la commune de Feraoun, sort de sa réserve en déclarant à la presse: «Je ne mettrai pas dehors ceux qui viennent me voir. Ils sont les bienvenus ! Mais bloquer la route aux citoyens, ça c’est inacceptable. Désormais, je ne prendrai pas en considération les gens qui recourent aux fermetures des routes. Je jure de ne plus jamais recevoir ceux qui ferment les routes !». «Je leur avais envoyé le colonel de la Gendarmerie pour leur expliquer que j’étais prêt à les recevoir, mais ils n’ont pas pris en considération mon offre de dialogue. Qu’ils assument leur responsabilité !», a-t-il assuré devant la presse. Il faut dire que la fermeture des routes, qui intervient à un intervalle presque régulier, provoque souvent d’immenses bouchons où de nombreux automobilistes sont bloqués et les travailleurs empêchés de rejoindre leurs postes il fallait emprunter des détours de montagnes, parfois sinueux et impraticables, pour contourner ces bouchons, qui provoquent des grands désagréments aux usagers des routes nationales de la wilaya. Béjaia est confrontée souvent à ces problèmes de fermetures de routes dont le secteur économique en souffre grandement, c’est ce qui a poussé les opérateurs économiques de la wilaya de Bejaia à tirer, à plusieurs reprises, la sonnette d’alarme. Les fermetures de routes, devenues presque quasi-quotidienne, par les citoyens sont néfastes pour le développement local. Un constat amer a été dressé par les opérateurs économiques qui appellent à juguler ce phénomène en mettant en œuvre une stratégie commune. Ces opérateurs sont unanimes à dresser un tableau peu reluisant des entreprises affectées par ces fermetures de routes en appelant la population locale à prendre conscience des conséquences de ce phénomène et «trouver d’autres formes de revendication autres que les barricades». Les mêmes opérateurs économiques qui estiment que l’heure est grave pour «le climat des affaires qui est plutôt morose», et souhaitent mettre fin à ce fléau qui freine la bonne marche de l’économie locale. Ce phénomène de fermeture de routes, auquel recourent les citoyens pour se faire entendre, touche pratiquement les grands axes routiers et pénalise fortement les usagers dont des camions de transports de marchandises des entreprises et du port de Béjaia.

À propos Hocine Smaâli

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*