Accueil » Chronique » Point de Vue: Autorité de l’Etat Où es-tu?

Point de Vue: Autorité de l’Etat Où es-tu?

Apparemment, tous les problèmes du pays convergent vers une seule et unique cause : C’est l’absence de l’autorité de l’Etat… Toutefois, que faudrait-il entendre pas autorité de l’Etat? Ce concept dans son large et profonde acception, voudrait tout simplement dire, l’inapplication rigoureuse des lois de la république, l’impunité, le laisser aller, la prépondérance du pouvoir de la finance et la propagation de la corruption en amont et en aval. Voilà quelques aspects voire quelques «symptômes» pouvant bien laisser croire que l’autorité de l’Etat n’est qu’un vain mot. Lorsque les lois et les règlements ne sauraient plus être en force pour résister devant la logique de l’argent. A ce moment là, n’hésitez pas à décréter la mort de l’Etat. Aux Usa par exemple le pouvoir de la finance est tellement puissant que le pays est devenu un jouet entre les mains des barons de la finance. Mais, ce pouvoir en apparence illimité, se casse devant la puissance des lois et de l’autorité de l’Etat. Parce que, nul n’est en mesure de soumettre l’Etat à sa volonté. Donc, cette finance «apprivoisée» est devenue un vecteur de puissance et de progrès au profit de l’Etat Américain. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que les USA, un pays jeune naît il y a tout juste, deux siècles et demi est devenu la puissance économique et militaire «number one» de la planète. Les Usa comme ailleurs; n’échappent à des chutes de temps à autre, dans les affaires de corruption et de dépassement. Mais, avec une justice autonome et séparée de l’exécutif, la situation est généralement maîtrisée. Nous l’avons dit dans nos précédentes chroniques que deux choses ne s’assemblent jamais à savoir: Le pouvoir de la finance insoumis au contrôle de la loi et l’autorité de l’Etat. Justement, la finance «informelle» en Algérie, puise sa force en rongeant le pouvoir de l’Etat, représenté par ses Appareils et ses Institutions. Le dernier scandale de l’affaire de la ‘cocaïne’ et les conséquences politiques l’ayant suivi, vient pour témoigner nos propos livrés à ce sujet. Les quelques mesures expéditives prises en urgence à l’encontre de quelques personnalités, ne sauraient à elles seules atténuer l’ampleur de l’affaire. C’était justement pour faire une démonstration sur l’agora que l’Etat n’a pas encore perdu toutes ses forces. C’est bien en partie, mais l’on souhaite que ces démonstrations de forces soient un vécu quotidien et persévérance durable, sans attendre qu’il y ait des scandales à résonance internationale pour procéder à des «purges» staliniennes. En attendant que nos rêves et nos souhaits soient exaucés, nous continuons à partager le pays avec ces forces… informelles… alkaderdz62@yahoo.fr

À propos B.Abdelkader

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*